oeil

 

Parcoursup

Information générale sur l'accès au lycée pour les collégiens

Aux parents d'élèves de 3ème des collégiens du secteur Jean Zay

  

Retrouvez l'ensemble des activités au lycée Jean Zay

Les évènements à Jean Zay !

Mercredi 6 Décembre 2017

Résultats du Cross Académique

Le mercredi 6 décembre, avait lieu le Championnat Académique de Cross, à Monts (37). Deux de nos lycéens s'y étaient qualifiés : Anne Delaloy (Junior Féminine) et Mahé Konczylo (Junior Masculin).

Anne, après un départ prudent, a réussi à remonter le peloton pour finir la 5ème place (épreuve de 3 250m) ; elles étaient 46 coureuses classées dans sa catégorie. De son côté, Mahé finira 10ème de la course (sur une distance de 4 620m). Il a su conserver sa position qu'il avait dès le départ, parmi les 70 coureurs de sa catégorie.

Ces belles performances auraient pu leur permettre de se qualifier aux championnats de France si cela avait existé en individuelle.

Nous félicitons, ainsi que les autres élèves du lycée Jean Zay qui ont participé aux différents Cross de ce début d'année. Bonne chance à eux pour la suite.

 

 

Jeudi 7 Décembre 2017

Soyez bien dans votre corps

« J'avais entendu tellement d'histoires de "première fois" qui se passent mal et de filles plaquées juste après... »

Ces propos seraient-ils ceux d'une prude effarouchée et rougissante des siècles passés ? Eh bien non ! Ne vous méprenez pas ! Une adolescente héroïne d'un roman, graphique actuel, amoureuse de son petit copain, s'exprime ainsi...

Dans ce contexte, ne boudons pas notre plaisir de découvrir l'exposition « Toimoinou » prêtée par le Centre Régional d'Information Jeunesse de Val de Loire (C.R.I.J.), visible au CDI du 7 au 14 décembre !

L'initiative prise dans le cadre du Comité d'Éducation à la Santé et à la Citoyenneté (C.E.S.C.) trouve toute sa place, notamment ce jeudi 7 décembre, journée phare de prévention du SIDA, organisée par Mme Huppenoire, l'infirmière du lycée avec le concours de nombreux partenaires, l'A.P.L.E.A.T., M.G.E.N. Prévention... sans oublier la participation active des élèves dynamiques de la Maison des Lycéens.

Coup de projecteur dur « Toimoinou » !

Huit panneaux au graphisme coloré et attractif attirent l'attention sur six grandes thématiques : sexualité, orientation sexuelle, contraception, prévention contre les I.S.T. (Infections sexuellement transmissibles) et SIDA. Les rubriques présentent des titres percutants pour susciter réflexion et esprit critique et dissiper malentendus et préjugés, chez nos adolescents, tel :

« Le droit de dire non »

Certes, « on n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans ». S'arroge-t-on pour autant le droit de dire non ?

L'information, claire et précise, comporte une foule de conseils utiles et pratiques et indique adresses de proximité et liens. L'ensemble est propre à déculpabiliser, rassurer et guider le public de jeune.

Une table thématique contribue à compléter l'information.

Et... cerise sur le gâteau, les flashs codes, un outil gratuit et personnalisé ! Avec votre précieux smartphone vous accédez en un clic ) de multiples ressources complémentaires sur ces sujets brûlants. N'oubliez pas le quiz !

Bref en s'amusant on se forme et on s'informe.

« Toimoinou », c'est fait pour vous, lycéens, et ça vaut le coup ! Ne passez pas à côté !

Vendredi 17 Novembre 2017

La mémoire de Jean Zay, un trésor à transmettre aux lycéens

« Les élèves auront besoin de comprendre le monde où ils seront appelés à vivre... Mais Descartes et Montaigne suffiront-ils à les armer ? »

Ces instructions, destinées aux maîtres, sous la plus du ministre de l'Éducation Nationales Jean Zay, sont autant de réflexions prophétiques.

   

Le 17 novembre, la Première S3 les fait siennes, à l'issue de la riche rencontre avec Mme Hélène Mouchard-Zay, préparée et organisée par Mme Blet, professeure d'Histoire-Géographie.

Avec Mme Hélène Mouchard-Zay, l'Histoire s'anime.

Le Front Populaire empreint de la liesse des premiers congés payés et du temps libre pour les loisirs, irradié par les espoirs d'une culture accessible à tous et la volonté d'une transformation de l'école, se déploie devant nous.

N'occultons pas, cependant, les ombres mortifères planant sur ces années, tels de sinistres vautours !

La montée en puissance des Ligues d'extrême droite distille insidieusement le poison de la xénophobie ; la violence de l'antisémitisme avec son cortège d'attaques haineuses gagne du terrain.

Dans ce contexte agité qui est véritablement Jean Zay ?

Jean Zay, brillant homme politique, farouchement résolu à instaurer plus de justice sociale, est nommé ministre, très jeune. Dans ses fonctions élevées, il a à son actif de multiples initiatives novatrices, éducatives et culturelles, souvent encore méconnues.

Cet homme de culture, excellent orateur, amoureux des humanités, doué pour l'écriture, connaît, le 4 octobre 1940, une parodie de procès, assortie d'une condamnation injuste.

Jean Zay est contraint alors de traverser avec une grande force d'âme une douloureuse et longue expérience carcérale.

Mme Hélène Mouchard-Zay évoque, avec une grande retenue, des flashs de sa toute petite enfance, empruntés à cette période difficile et épouvante.

Livré à la milice, Jean Zay, « martyr de la République » est assassiné le 20 juin 1944.

Mme Hélène Mouchard-Zay, engagée dans les combats politiques, conserve de son métier d'enseignante, exercé passionnément, une grande proximité avec les jeunes et elle les invite à transmettre la mémoire de Jean Zay.

La visite programmée de la Première S23 au Panthéon avec des professeurs d'Histoire-Géographie pour rendre hommage à cet ardent Républicain, Jean Zay, n'est-elle pas une étape essentielle dan leur cheminement ?

En écho, écoutons la voix de Jean Zay citant une lettre de Van Gogh à son frère Théo :

« Ne crois pas que les morts soient morts

Tant qu'il y aura des vivants

Les morts vivront, les morts vivront. »

Souvenir et Solitude

Vendredi 24 Novembre 2017

« Tolérance zéro » au harcèlement

Quels sont les points communs entre Charles Bovary, Guillou nommé le Sagouin dans le roman éponyme de Mauriac et Daniel Eyssette, baptisé le Petit Chose chez Daudet ? À l'école tous sont les souffre-douleur de leurs pairs.

En 2017 comment former les lycéens à exercer leur esprit critique dans ce domaine sensible ?

M. Haquin, CPE, Mme Genevaux, professeur d'Arts Appliqués, s'y emploient résolument, avec la complicité d'une documentaliste.

   

Sais-tu ce qu'est une rumeur ? Selon toi que signifient des « mots cutter » ?

    

D'emblée les élèves des Secondes GA1 et GA2 sont plongés dans le vif du sujet et découvrent le roman graphique aux dessins magnifiques et au ton pastel :

Mots rumeurs, mots cutter

L'intrigue réaliste et actuelle touche nos adolescents. Une banale histoire d'amour se tisse entre Mattéo, « un redoublant », beau gosse et Léa, une discrète jeune fille rousse, ... tous se sentent concernés. Soudain l'idylle s'emballe et fait place au drame.

Léa devient le bouc émissaire du collège. L'insidieux et subtil engrenage du harcèlement se met en marche avec sa cohorte de mots blessants, de violences physiques, de brimades et de persistantes et avilissantes rumeurs. La faute à une photo compromettante de Léa, prise à son insu, circulant sur les réseaux sociaux !

L'auditoire, sous le choc, s'identifie à l'innocente victime, Léa. Son empathie est la première étape du chemin vers le respect de l'autre, fragile et vulnérable.

Bien différent est le témoignage, fort et poignant, de Noémya Grohan retranscrit dans

De la rage dans mon cartable

Personne ne vit l'expérience traumatisante du harcèlement prolongé, sans encourir des risques graves et les séquelles sont légion chez cette jeune adulte. Mais « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » ! Noémya puise dans sa traversée de l'enfer la force d'agir et de s'engager par l'écriture et par le rap, ses exutoires.

Étonnement et admiration se mêlent intimement chez nos auditeurs lycéens.

Une prise de conscience s'exhume et le message de la chanson écrite par Noémya fait mouche :

« Certains mots tuent, mais c'est motus

Et bouche cousue, je n'en veux plus. »

Maintenant pour nous, lycéens, le harcèlement c'est « tolérance zéro » !

Vendredi 24 Novembre 2017

Les lycéens de Jean Zay au Panthéon

  

Interventions des élèves du lycée Jean Zay d'Orléans lors de la commémoration au Panthéon de la fondation en 1937 par Jean Zay, ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts, de l'Institut d'Histoire de la Révolution française.

   

Interventions de Maïwenn Filiol, Jules Mellot et Riad Oukili

 

Il y a environ un mois, j'apprenais que je venais ici, ici au Panthéon. J'avais beaucoup entendu parler de ce bâtiment sans vraiment le connaître. J'ai donc décidé de chercher sur internet, premier résultat : « Le Panthéon est un monument ». Un monument désigne une chose qui permet de se rappeler de quelqu'un ou de quelque chose.

Alors oui, Jean Zay est ici, au Panthéon. Mais je n'ai pas besoin du Panthéon pour me rappeler de lui. Il nous suffit d'aller en cours. Nous n'avons qu'à regarder la plaque dans le hall de mon lycée à Orléans, qui explique la mort de Jean Zay. Nous n'avons qu'à regarder les pulls que beaucoup d'élèves sont fiers de porter de jours en jours, avec la signature de Jean Zay.

Il me suffit de regarder mon carnet. Dans ce carnet, il y a une idée que j'apprécie, une idée qui insiste sur le fait que Jean Zay n'est pas mort car il perdure dans le temps, «il est là aujourd'hui, avec nous ». Il est là, grâce à ses idées, sa pensée.

C'est ainsi qu'il pensait souvent au futur, à nous, aux générations à venir : « Ils auront besoin de connaître et de comprendre le monde où ils seront appelés à vivre », écrivait-il. Dans ses paroles, Jean Zay pensait à l'avenir. Il a mené durant sa vie un combat pour l'avenir, pour notre avenir.

Dans ce combat, Jean Zay eut une force de conviction remarquable qu'il réussit encore aujourd'hui à nous transmettre.

Aujourd'hui encore, dans le monde de l'éducation, la mémoire de Jean Zay perdure. Il influence toujours aujourd'hui, notamment grâce à l'Institut d'Histoire de la Révolution Française qu'il a fondé en 1937, il y a 80 ans, sans doute parce qu'il retrouvait, dans la pensée révolutionnaire, les valeurs qu'il défendait. C'est pourquoi nous allons lire quelques extraits de textes qui datent de la Révolution et qui parlent des valeurs défendues par Jean Zay.

1

Le premier extrait que nous avons choisi est le début du Rapport sur l'instruction publique proclamé par Condorcet à l'Assemblée Nationale les 20 et 21 avril 1792. Il illustre parfaitement l'action de Jean Zay en tant que ministre de l'Éducation Nationale et des Beaux-Arts.

« Offrir à tous les individus de l'espèce humaine les moyens de pourvoir à leurs besoins, d'assurer leur v=bien-être, de connaître et d'exercer leurs droits, d'entendre et de remplir leurs devoirs ; Assurer à chacun d'eux la facilité de perfectionner son industrie, de se rendre capable des fonctions sociales auxquelles il a droit d'être appelé, de développer toute l'étendue des talents qu'il a reçus de la nature, et par là, établir entre les citoyens une égalité de fait, et rendre réelle l'égalité politique reconnue par la loi. Tel doit être le premier but d'une instruction nationale ; et, sous ce point de vue, elle est pour la puissance publique un devoir de justice. Diriger l'enseignement de manière que la perfection des arts augmente les jouissances de la généralité des citoyens et l'aisance de ceux qui cultivent ; qu'un plus grand nombre d'hommes deviennent capables de remplir les fonctions nécessaires à la société, et que les progrès toujours croissants des lumières ouvrent une source inépuisable de secours dans nos besoins, de remèdes dans nos maux, de moyens de bonheur individuel et de prospérité commune ; cultiver enfin, dans chaque génération, les facultés physiques, intellectuelles et morales, et, par-là, contribuer à ce perfectionnement général et graduel de l'espèce humaine, dernier but vers lequel toute institution sociale doit être dirigée : tel doit être l'objet de l'instruction ; et c'est pour la puissance publique un devoir imposé par l'intérêt commun de la société, par celui de l'humanité entière. »

2

Nous avons enfin sélectionné quelques articles de la déclaration des droits des gens de l'abbé Grégoire, présentée en 1793 puis en 1795, pour évoquer l'action de Jean Zay pour l'égalité, la liberté et leur défense contre les dictatures qui ont mené à la Seconde Guerre Mondiale.

Article 1 : Les peuples sont entre eux dans l'état de nature, ils ont pour lien la morale universelle.

Article 4 : Les peuples doivent en paix se faire le plus de bien, et en guerre le moins de mal possible.

Article 8 : Il n'y a de gouvernement conforme aux droits des peuples que ceux qui sont fondés sur l'égalité et la liberté.

Article 15 : Les entreprises contre la liberté d'un peuple sont un attentat contre tous les autres.

Article 17 : Un peuple peut entreprendre la guerre pour défendre sa souveraineté, sa liberté, sa propriété.

3

« Orléans  dont je connais toutes les pierres et tous les visages, ceux des vivants et ceux des morts », voici ce que disait Jean Zay en 1936. Étant orléanaise, élève au lycée Jean Zay qui plus est, ces mots me touchent, et m'inspirent. Mais ce ne sont pas seulement ces quelques mots qui m'inspirent, c'est Jean Zay lui-même, et ses multiples engagements. Je ne vais pas vous retracer tout son parcours, je pense en effet que nous savons tous ici qui était cet homme, et à quel point il marqua la France.

Mais si je ne détaille pas sa vie, de quoi alors pourrais-je bien parler ?

Étant jeunes, je pourrais vous dire à quel point les actions de Jean Zay ont encore une influence sur notre vie, plus de 80 ans après sa nomination en tant que ministre de l'éducation et des Beaux-Arts.

Étant sportives et sportifs, je pourrais vous dire combien nous remercions Jean Zay d'avoir instauré le sport à l'école.

Étant orléanaises et orléanais, je pourrais vous dire combien nous sommes fiers d'avoir grandi dans la ville de Jean Zay.

Étant fascinés par le cinéma, je pourrais également vous dire à quel point nous sommes reconnaissants envers Jean Zay d'avoir créé le festival de Cannes.

Étant profondément curieuses et curieux, je pourrais vous dire combien nous remercions Jean Zay d'avoir rendu la culture accessible à toutes et à tous.

Étant soucieuses et soucieux de l'égalité de toutes et de tous, je pourrais vous dire combien nous considérons Jean Zay pour avoir rendu l'école équitable et utile à chacun.

Étant marqués par les valeurs républicaines, je pourrais vous dire à quel point nous respections Jean Zay pour avoir incarné ces valeurs tout au long de sa vie.

Étant enfin passionnés d'histoire, je pourrais vous dire combien nous admirons Jean Zay pour avoir créé l'Institut d'histoire de la Révolution Française.

Vous dire tout cela serait peut-être en vain, puisque nous savons tous ici, au Panthéon, qu'à travers ses valeurs, ses actions et ses combats, Jean Zay était un grand homme.

Alors en tant qu'élève, laissez-moi seulement vous dire à quel point nous sommes reconnaissants envers Jean Zay, d'avoir fait de l'école ce qu'elle est aujourd'hui.

   

Sous-catégories

Calendrier 2021-2022

Retrouver le calendrier scolaire avec les dates importantes (mis à jour régulièrement).

Télécharger le document

 

Go to Top
JSN Solid 2 is designed by JoomlaShine.com | powered by JSN Sun Framework